Le voyage à vélo en solo de Dany d’Orléans à Saint-Brevin-les-Pins

1

La Loire à vélo toute seule à mon rythme, d’Orléans jusqu’à Saint-Brévin. Un véritable challenge physique et personnel après avoir été malade pendant 2 ans. Des paysages sublimes tout le long du chemin que l’on ne peut pas voir quand on roule en voiture. Une magnifique expérience qui m’a permis entre autre de redécouvrir l’Anjou, ma région natale. J’ai commencé mon voyage à vélo le 2 juillet à Combleux, petit village marinier près du canal d’Orléans et je suis arrivée à Saint-Brévin le 12 juillet. J'ai achevé cette aventure avec une moyenne de 40 à 50 km par jour, un défi relevé en 11 étapes.

De Orléans à Tours

Pour mes 3 premières étapes, ce fut un joli parcours de 3 jours plein de couleurs entre la Loire et les champs de blé, de coquelicots et de tournesols. On passe par Meung-sur-Loire, Beaugency et Blois avec son magnifique escalier Denis Papin. Cette année, il représente la Loire qui coule, pour commémorer les 20 ans de l’inscription du Val de Loire au patrimoine mondial de l’UNESCO.
Après  les jardins du château de Chaumont-sur-Loire et le château d’Amboise, il faut remonter vers  les vignobles de Montlouis avant d’arriver à Tours, la ville où j’ai fait mes études. Que de souvenirs ! Surtout sur la place Plumereau avec ses belles maisons à colombages !

Copyright - N.wietrich Copyright - N.wietrich

De Tours à Saumur

Ma 4ème étape à Rigny-Ussé restera inoubliable car après avoir visité le majestueux château de la Belle au bois dormant, j’ai dû trouver un endroit discret pour dormir à la belle étoile  !
Après Candes-Saint-Martin, la partie la plus sportive du trajet commence à Montsoreau jusqu’à Saumur, ma ville natale. Il faut grimper les coteaux et pédaler à travers les vignobles. On  descend pour découvrir les pittoresques villages troglodytes de Parnay et Turquant où j’ai fait une halte afin de visiter l’insolite musée des pommes tapées. La fatigue s’est fait sentir mais au bout la récompense ! La vue sur le château et la ville de Saumur, ma 5ème étape est époustouflante !

Chateau de Saumur, Loire Valley, France Chateau de Saumur, Loire Valley, France

De Saumur à Angers

Le lendemain, un petit détour par Blaison-Gohier, puis j’ai repris ma route vers Gennes, ville natale de ma mère pour y revoir des amis et revivre des souvenirs d’enfance. De Chênehutte-les-tuffeaux à Saint-Mathurin, la Loire est à l’apogée de sa beauté avec ses maisons blanches en tuffeau. Le petit village du Thoureil à 3 km de Gennes est un véritable bijou.
Après cette 6ème étape, direction Angers que l’on contourne par les Ponts-de-Cé et Bouchemaine. J’ai visité le joli village de Béhuard que l’on ne peut pas atteindre quand la Loire est en crue. Je me suis arrêtée au camping de la Possonnière, petit port marinier paisible où il est impossible de résister à un bain relaxant près des toues et des gabarres.

De Angers à Saint-Florent-le-Vieil

J’ai ensuite poursuivi ma route vers le pays des Mauges, dans cette partie angevine que je connais moins. J’ai été charmée par Chalonnes, Montjean-sur-Loire, Ingrandes et son incroyable piscine de Loire
et Saint-Florent-le-Vieil où je me suis arrêtée pour ma 8ème
étape. La vue de l’abbaye sur le Mont-Glonne qui surplombe la Loire est sublime !

De Saint-Florent-le-Vieil à Saint-Brevin

Après ma 9ème étape à Sainte-Luce-sur-Loire, je passe par Nantes, et je retrouve ensuite très vite la nature et les bocages rafraîchissants. Le moment fort de cette étape est la traversée sur le bac entre Couëron et le Pellerin !  Dernier arrêt au petit camping de Frossay, paradis pour les pêcheurs, à 35 km de l’estuaire !
Cette dernière étape jusqu’à Saint-Brévin a été un bonheur car je savais que mon défi allait être relevé. J’ai donc pris le temps de visiter la petite ville très colorée de Paimboeuf avec son phare et son jardin étoilé. Quelques kilomètres plus loin : l’estuaire, ses pêcheries, le pont de Saint-Nazaire, et enfin Saint-Brévin. Une petite photo souvenir au Km zéro avec le diplôme de La Loire à Vélo avant de trouver le maillot de bain au fond des sacoches et de m’accorder une journée de repos (bien mérité) sur la plage de Saint-Brévin l’Océan.

Conclusion

Tout au long du parcours, je me suis souvent arrêtée pour admirer et photographier des paysages ou des sites que j’ai partagés sur Facebook pour ma famille et mes amis. Résultat : Beaucoup d’entre eux souhaitent partir l’an prochain tenter l’aventure de la Loire à vélo !  Je leur ai expliqué à mon retour comment la LIBERTÉ avait été mon guide sur cette belle route balisée où jamais je ne m’étais perdue ou sentie en danger. Ma seule angoisse… c’était de crever un pneu ou de dérailler ! Mais mon vélo d’occasion (non électrique) ne m’a jamais fait faux bond !

Je leur ai raconté que la solitude ne m’avait  jamais pesé car avec la liberté, la SOLIDARITÉ est le maître-mot sur la Loire à vélo ! Dans les campings, on n’est jamais seul ! On vous offre très souvent l’apéro en guise de bienvenue si vous arrivez en vélo.  Vous rencontrez pleins de cyclistes avec qui vous partagez vos repas et vos expériences avant d’aller admirer les fabuleux couchers de soleil sur la Loire et de glisser sous la tente pour reprendre la route du lendemain en pleine forme.

En ce qui me concerne, je repars l’an prochain en juillet 2021 pour de nouvelles aventures sur l’itinéraire de La Loire à vélo d’Orléans jusqu’à Nevers et pourquoi pas jusqu’à la source…