Simon d’Orléans à Angers en grand-bi sur La Loire à Vélo !

1

L'idée de faire un voyage à vélo en solitaire me trottait dans la tête depuis un certain temps. Adepte de vélos atypiques (vélo couché, vélomobile, grand-bi...), je décidai de tenter l'aventure avec mon grand-bi. Le parcours de La Loire à Vélo s'est imposé comme une évidence : peu de dénivelé, parcours fléché, voies cyclables majoritairement séparées des voitures et puis surtout énormément de choses à voir. Je rallierais donc Angers depuis Orléans en logeant en chambres d’hôtes.

Orléans - Toury (Chambord) 60 km

Ma voiture garée à Orléans, mon porte vélo rangé dans le coffre, me voilà parti, un peu angoissé à l’idée que tout ne se passe pas comme prévu : le vélo sera-t-il adapté aux pistes que je vais rencontrer ? Arriverai-je à parcourir la soixantaine de kilomètres quotidienne que je me suis imposée tout en combinant les visites culturelles ? Vais-je tenir le coup avec les fortes chaleurs annoncées ?  Toutes ces inquiétudes seront bien vite balayées une fois les premiers kilomètres parcourus le long de la Loire. Un ami me l’avait dit « Il faut le temps de se déconnecter et de se glisser dans le rythme donné par la Loire« . 

Passé la charmante ville de Meung-sur-Loire, me voici sur un petit chemin non goudronné où mon grand-bi passe plus facilement que je ne le pensais. Pause casse-croute à Muides-sur-Loire et puis en route vers Chambord. Le Château de François 1er ne faillit pas à sa réputation : il est réellement impressionnant, même s’il est en partie masqué par des échafaudages. La visite, muni d’un Histopad permet de se rendre compte de l’aménagement des pièces à l’origine. Je termine ma journée par une longue traversée de la forêt de Chambord pour rejoindre ma chambre d’hôtes à Toury. 

Toury – Amboise (70 km)

Je retraverse la forêt de Chambord en sens inverse, passe devant Blois mais ne m’y arrête pas, l’ayant déjà visitée par le passé. Je trouve un resto sympa à Candé-sur-Beuvron puis poursuis ma route jusqu’à Chaumont-sur-Loire où je visite le Château et une partie de ses magnifiques jardins.

Ma journée se termine à Amboise, où je visite tranquillement le Château Royal déjà presque vide en cette fin de journée. Je pousse mon vélo jusqu’à la chambre d’hôtes située à quelques centaines de mètres de là. Le soir, je flâne dans la ville et admire depuis le pont enjambant la Loire, le château éclairé par la lumière du soleil couchant. 

Amboise – Rigny-Ussé (75 km)

Le parcours de La Loire à Vélo me fait prendre un peu de hauteur et m’emmène sur les côteaux. Puis je rejoins Tours en fin de matinée, passe devant sa Cathédrale et déambule dans la vieille ville avant de me rassasier dans un petit resto tenu par un ancien joueur de l’équipe de France de foot !

Une fois sorti de Tours, le soleil commence à chauffer sérieusement et c’est avec soulagement que j’arrive à Villandry où je trouve un peu de fraîcheur dans les pièces magnifiquement meublées du château. La vue sur les jardins est splendide. L’après-midi se termine et épuisé, il est temps pour moi de rejoindre Rigny-Ussé où je passerai la nuit. 

Rigny-Ussé - Chênehutte (Saumur) (65 km)

Je suis contraint de faire l’impasse sur le Château de Rigny-Ussé car il n’est pas encore ouvert. A peine échauffé par les premiers kilomètres, une imposante côte m’attend. Je franchis la partie la plus raide à pied car mon grand-bi est dépourvu de vitesses ! L’imposante Forteresse Royale de Chinon s’offre peu après à moi. Après sa visite, je prends l’ascenseur pour descendre en ville puis poursuis ma route. Je m’attarde à Turquant et passe un peu de temps dans la fraicheur de sa Boutique Métiers d’Arts creusée dans la falaise, sur le site troglodytique.

A Saumur, je visite la belle église Notre-Dame-des-Ardilliers, avant d’être abordé par une équipe de télévision qui m’a vu passer en grand-bi et souhaite m’interviewer dans le cadre d’un reportage sur la Loire à Vélo ! La visite du Château de Saumur se mérite, car il faut d’abord pousser le grand-bi jusqu’au sommet de la ville d’où le Château domine la Loire. Je continue jusqu’à Chênehutte où la chambre d’hôtes que j’ai réservée m’offre une vue superbe sur l’imposant fleuve. 

Chênehutte - Angers (50 km)

Cette dernière journée s’annonce très chaude (35°C), mais heureusement le parcours que j’emprunte le matin est parsemé de nombreux arbres. Dans le mignon village du Thoureil, je visite la petite église dont une partie date du XIe siècle. Ses vitraux récents, très colorés, ont été dessinés par l’artiste écrivain Tahar Ben Jelloun. Je reprends des forces dans une sympathique guinguette le long de la Loire avant d’entrer dans Angers sous un soleil de plomb.

Enfin arrivé dans le centre, je fais la connaissance d’un cycliste parti des Hauts de France. Nous nous baladons ensemble dans Angers puis je le laisse continuer sa route et vais visiter le Château d’Angers et son impressionnante “tenture de l’Apocalypse”, une tapisserie de 120 m de long datant du XIVe siècle ! Il est maintenant temps pour moi de me diriger vers la gare d’Angers pour prendre le train qui me ramènera à mon point de départ. 

J'ai pu profiter de chaque instant

Je garderai un souvenir inoubliable de ce premier voyage en vélo. Le grand-bi m’a permis d’adopter un rythme lent et de profiter de chaque instant. Être assis en hauteur me donnait une vue imprenable sur les jardins, les potagers et sur La Loire bien entendu ! Voyageant seul, mon grand-bi fut un moyen formidable d’engager la conversation et de faire de belles rencontres. Quel plaisir également de voir les sourires et les regards émerveillés des jeunes et des moins jeunes au passage de mon drôle de vélo !  

À aucun instant un automobiliste n’a fait preuve d’impatience ou d’énervement à mon égard. J’ai eu droit, au contraire, à beaucoup de bienveillance. 

 

Suivez Simon sur sa page Instagram