500 ans de Renaissance(s] : Catherine de Médicis

1
  • © Chenonceau

Catherine de Médicis voit le jour à Florence en 1519. Son destin la conduira en France où elle épousera le futur roi Henri II à qui elle donnera dix enfants. Cette année 2019 marque donc le 500ème anniversaire de la naissance de cette figure emblématique de la Renaissance, grande protectrice des arts et des lettres. Catherine de Médicis s’éteindra au château royal de Blois le 5 janvier 1589.

Exposition « Enfants de la Renaissance » au château royal de Blois

Le château royal de Blois fut la résidence de 7 rois et 10 reines de France. Berceau de nombreuses têtes couronnées, il fut la maison d’enfance des deux filles de Louis XII et d’Anne de Bretagne. Il vit aussi grandir les enfants de Catherine de Médicis et d’Henri II qui en firent un palais familial. Pouponnière des 7 enfants de François 1er et Claude de France, il accueillit dans ses murs quelques années plus tard la progéniture d’Henri IV et Marie de Médicis.

L’exposition « Enfants de la Renaissance » explore le thème inédit de l’enfance et lève le voile sur l’éducation des enfants royaux. Organisée autour de trois temps forts : Naissance et petite enfance, l’univers enfantin, l’éducation et les enfants à la Cour de France, cette exposition réunira plus de 150 œuvres prestigieuses prêtées notamment par le Musée du Louvre, le château de Versailles ou la Bibliothèque nationale de France.

Que mangeait un nourrisson il y a 500 ans ? Comment accouchait la reine ? Les enfants jouaient-ils à la dînette ? Quelles étaient les bonnes manières ? L’exposition « Enfants de la Renaissance » répondra à toutes ces questions par des réponses parfois insolites grâce à une immersion atypique dans une époque aux codes souvent bien éloignés de la réalité que l’on imagine.

© L. de Serres – OT Blois-Chambord

La chambre de Catherine de Médicis au château de Chaumont-sur-Loire

Le château de Chaumont-sur-Loire et son domaine qui surplombent la Loire furent la propriété de Catherine de Médicis. Cette dernière acheta le château et ses terres en 1550. Bien qu’elle en resta propriétaire pendant dix ans elle n’y séjourna cependant que rarement. En effet, le château de Chaumont-sur-Loire se situait non loin du château de Chenonceau où vivait la favorite de son époux : Diane de Poitiers.

Pendant la visite, on découvre la chambre dite de Catherine de Médicis, entièrement réaménagée grâce à de nouvelles présentations de tapisseries anciennes. Catherine de Médicis portait un grand intérêt à l’astrologie. Elle s’entourait d’ailleurs d’astrologues célèbres parmi lesquels Nostradamus et Cosimo Ruggieri. La légende veut que ce soit au château de Chaumont-sur-Loire que Ruggieri prédit à Catherine de Médicis la fin de la dynastie des Valois au profit de celle des Bourbons.

Lorsque son époux le roi Henri II meurt, Catherine de Médicis contraint sa rivale à lui rendre le château de Chenonceau. En échange, elle lui donne le château de Chaumont-sur-Loire. Diane de Poitiers n’y fera elle aussi que de courts séjours mais poursuivra sa construction et donnera à Chaumont l’essentiel de l’élégante silhouette qui le caractérise aujourd’hui encore.

© Gillard et Vincent – CRT-Centre-Val de Loire

Hommage à Catherine de Médicis au château de Chenonceau

Catherine de Médicis fut l’une des plus importantes « dames de Chenonceau ». Cette « Reine Bâtisseuse » dota le château des magnifiques galeries qui surplombent la rivière comme une réponse au Ponte Vecchio de sa ville natale. Redoutable stratège politique dans une période très agitée de l’histoire de France, Catherine de Médicis est considérée comme « l’un des plus grands rois de France ».

Mi-juin, le château de Chenonceau rendra hommage à Catherine de Médicis avec l’ouverture de son Apothicairerie à l’emplacement même où elle avait existé dans le Bâtiment des Dômes. Toujours entourée de scientifiques, la reine prêtait une oreille attentive à son médecin ordinaire, Auger Ferrier son médecin ordinaire ainsi qu’à Nostradamus son herboriste et astrologue.

A l’extérieur, le jardin à la française de Catherine de Médicis sera entièrement repensé en noir et blanc en écho aux couleurs de son iconique galerie à damiers noirs et blancs. Depuis les allées de ce jardin, on admire toute l’élégance de la façade ouest du château de Chenonceau.

© A. Verger

 

Retrouvez tout le programme des 500 ans de Renaissance(s] en Centre-Val de Loire sur www.vivadavinci2019.fr