Insolite et Curiosités

Briare : bateau et cyclotouristes sur le pont-canal Briare : bateau et cyclotouristes sur le pont-canal © C. Mouton

Le Val de Loire : Un patrimoine Plein de Surprises

A chaque méandre du fleuve, mille réalisations insolites

Une voie navigable qui repose sur des piliers ? C'est à Briare, où un gigantesque pont-canal permet aux péniches de croiser la Loire. Sa structure métallique s’inspire directement des réalisations de l'ingénieur Gustave Eiffel, telle que l’édification de sa flèche parisienne.

Pile funéraire romaine de Cinq-Mars-la-Pile Pile funéraire romaine de Cinq-Mars-la-Pile © L. Savignac

Une église vieille comme Charlemagne ? Vous y êtes en quelques coups de pédale, à Germigny-des-Prés. Son oratoire, l'un des plus anciens édifices chrétiens de France, fut édifié par un proche conseiller de l'Empereur.

La Loire à Vélo, c'est donc aussi la certitude de croiser sur sa route un patrimoine curieux, ludique, décalé... En suivant le cours du fleuve, on arrive ainsi à Saint-Dyé-sur-Loire, que François Ier choisit pour être le port de Chambord. La Fontaine, Molière, D'Artagnan fréquentèrent ce charmant village situé à seulement 15 km de Blois.

Un phare aussi loin de la côte ?

Un peu plus en aval, mais encore à plus de 150 km de la mer, est-ce un phare ? La curieuse tour de briques de Cinq-Mars est en réalité une pile funéraire gallo-romaine du IIe siècle de notre ère. Ce monument funéraire de 30 m de haut, exceptionnel, a peut-être marqué la sépulture d’un militaire de haut rang.

Et à Bréhémont, une douzaine de kilomètres plus bas, ces petits édifices sont-ils d'antiques kiosques à journaux ? Loin de là ! Connus dans toute la région, ce sont les 2 derniers exemplaires sur les 5 urinoirs publics qui avaient été inaugurés en 1872. Ils avaient été bien utiles aux mariniers qui ont fait la fortune du village !

Les vertus cachées des grottes troglodytiques

Spécialité locale, l'habitat troglodytique réserve bien des surprises

Passage troglodytique à Souzay-Champigny Passage troglodytique à Souzay-Champigny © J.P Klein

Le spectacle de falaises truffées de portes et de fenêtres, visibles depuis le parcours cyclable, étonne toujours. De Chaumont-sur-Loire à Saumur, les berges de la Loire s'élèvent en coteaux abrupts que les Ligériens ont creusés et aménagés en de confortables habitations troglodytiques. Le meilleur exemple ? La fascinante  Vallée Troglodytique des Goupillières à Azay-le-Rideau.

Une nuit dans la falaise

De nos jours, on peut essayer ces demeures étranges « pour de vrai ». Chambres d’hôtes ou hôtels creusés dans la roche vous permettent de vivre comme un homme des cavernes... le grand confort en plus ! Les Hautes-Roches à Rochecorbon, Troglododo à Azay-le-Rideau, ou la Demeure de la Vignolle à Turquant  vous proposent de passer la nuit dans une chambre à même la falaise.

En plaine, l'habitat troglodytique existe aussi. Cours creusées en sous-sol, anciennes carrières, les exemples abondent de Doué-la-Fontaine à Louresse-Rochemenier.

Des conditions de conservation idéales pour le vin de Loire

Les caves du Saumurois Les caves du Saumurois © E. Caracciolo

L'avantage n°1 de ces grottes ? La température et l'humidité y restent constantes. Idéal pour le vin ! Dans ces galeries de tuffeau, les meilleurs Crémants de Loire (vin pétillant de l'Anjou, du Saumurois et de la Touraine) se bonifient tranquillement. C'est là notamment que les Saumur Brut prennent leurs lettres de noblesse. Découvrez tous les secrets de ces vins pétillants de Loire en visitant ces caves vraiment souterraines et leurs kilomètres de galeries!

Sous terre, la bonne chère

Jamais l'expression « ça creuse » n'aura été employée à si bon escient... Car on cuisine chez les troglodytes ! La Fouace (aussi appelée fouée), petit pain déjà vanté en son temps par François Rabelais, s'y déguste tout chaud sortie du four à bois. Accompagnée de rillettes, de fromage de chèvre ou de mogettes (gros haricotes blancs), c'est un délice… Tentés ? Direction Rou-Marson, Grézillé, Louresse-Rochemenier ou encore Doué-la-Fontaine et Tours pour la déguster.

Poires tapées Poires tapées © C. Lazi

En Touraine, les poires sont « tapées ». Tout comme les pommes en Anjou. C’est une recette qui remonte au Moyen-Âge pour mieux conserver ces fruits. On les faisait sécher, puis on les aplatissait à l'aide d'un maillet. Les poires et pommes « tapées », donc, se dégustent en fruits secs, ou réhydratées dans un vin (de Touraine ou d'Anjou, bien sûr). En marmelade ou en terrine, à l’apéritif comme au dessert.

Le paradis des champignons

Les carrières et les grottes, ombragées et humides, fort nombreuses, sont un habitat idéal pour les champignons. C'est en Touraine et en Saumurois que poussent les trois quarts de la production nationale de champignons... de Paris. Notre conseil : après la visite d'une de ces caves champignonnières, prenez le temps de déguster la galipette. La recette ? Un gros champignon farci, cuit au four à pain. Délicieux !

Quand la Loire vous mène en bateau

La Loire s’apprécie aussi en navigant. Embarquez à bord de barques à fond plat ou de catamarans à pédales, pour de longues balades romantiques ou de simples traversées ! Le fleuve a toujours offert un terrain de navigation fort propice. Pas étonnant que la Loire soit devenue le paradis des amateurs de bateau. Mais aussi des professionnels du fluvial, comme en témoignent, entre autres exemples, les quais du port de Bréhémont, bordés de superbes maisons de maîtres mariniers, et de deux antiques « pissotières » de 1872, édifiées pour le confort des marins d'eau douce !

A la découverte de la batellerie traditionnelle de Loire

Une toue cabanée sur la Loire Une toue cabanée sur la Loire © J. Damase

Depuis des millénaires, on navigue sur la Loire dans des embarcations traditionnelles à fond plat. Pourquoi un fond plat ? Pour remédier à la présence des nombreux bancs de sables de ce fleuve facétieux. Apprenez à distinguer les toues, gabares, fûtreaux ou plates. Les bateliers qui les utilisent encore ne demandent qu'à vous faire partager leur passion pour la Loire.

On emprunte ces embarcations à peu près tout au long de l'itinéraire de La Loire à Vélo : à Sigloy (Loiret), à Blois, à Chaumont-sur-Loire (Loir-et-Cher), Candes-Saint-Martin (Indre-et-Loire)au Thoureil, à Angers ou à La Possonnière(Maine-et-Loire). Repas de famille, tête-à-tête romantique ou tout simplement balade commentée, toutes les formules sont possibles.

Les bacs et navettes de Loire

Bac de Loire Bac de Loire © J.D Billaud / Nautilus

Actuellement, de nombreux ponts assurent le franchissement de la Loire, le plus important étant Cheviré qui, du haut de ses 52 mètres, domine le fleuve et Nantes. Mais, ce n’était pas le cas au début du XX° siècle. Pour pallier l'absence de pont dans la partie estuarienne du fleuve, cinq bacs permettaient une continuité du réseau routier. Il n'en reste plus que deux actuellement, entre Basse-Indre et Indret et entre Le Pellerin et Couëron. L’itinéraire de la Loire à Vélo emprunte le bac entre Couëron et Le Pellerin.

Gratuite, la traversée en bac est des plus dépaysantes, elle amusera petits et grands. Alors, à vélo, à pied ou en voiture, tentez l’expérience.

Les navettes permettent de traverser ou de descendre la Loire, en embarquant son vélo à bord.

Plus atypique... l'aquacycle

Pédalo sur la Loire Pédalo sur la Loire © D. Dodokal - Loire Vélo Nature

Il n'existe que 20 exemplaires au monde de cette bien étrange embarcation. Comment la décrire ? Un mariage heureux entre un pédalo et un catamaran, mis au point par un ingénieur aéronautique guadeloupéen.

Insubmersible, très maniable et peu fatigant, il permet de circuler partout sur la Loire, même avec très peu de fond, rendant accessible les petites îles, les habitats des castors et des hérons... A Bréhémont, accompagnés d'un guide naturaliste, des virées d'au moins trois heures en aquacycle vous font découvrir le fleuve sous un angle inédit.

Des sites à nul autres pareils

Territoires transformés par l'art ou retournés à la nature, « L'estuaire » de Nantes et la mine ardoisière de Trélazé n'ont pas leur équivalent

« L'estuaire » de Nantes à Saint-Nazaire : un musée à ciel ouvert

La démarche est unique en son genre : implanter des œuvres d'artistes contemporains de renommée mondiale le long des 60 kilomètres qui séparent Nantes de Saint-Nazaire... Et faire en sorte que ces œuvres restent en place. Une quinzaine d’œuvres ont déjà été installées à ce jour, disséminées le long de l'estuaire où elles jouent avec le paysage, l'environnement, mais aussi avec l'histoire des lieux où elles sont implantées.

Daniel Buren et Patrick Bouchain, Les Anneaux, Nantes, oeuvre pérenne Estuaire 2007 Daniel Buren et Patrick Bouchain, Les Anneaux, Nantes, oeuvre pérenne Estuaire 2007 © J.D Billaud / Nautilus

L’un des plus médiatiques de ces artistes est incontestablement le français Daniel Buren. Ses anneaux lumineux balisent l'accès au Hangar à Bananes, le lieu à la mode de Nantes.

Dans le parc du château du Pé à Saint Jean de Boiseau, le danois Jeppe Hein a installé son Did I miss something? (« Ai-je manqué quelque chose ? »). En s'asseyant sur un banc, le visiteur assiste, médusé, à l'irruption d'un jet d'eau de 20 mètres de haut. Il se relève, le jet s'arrête. Il comprend alors qu'il est le déclencheur du phénomène.

Misconceivable de Erwin Wurm, Le Pellerin, oeuvre pérenne Estuaire 2007 Misconceivable de Erwin Wurm, Le Pellerin, oeuvre pérenne Estuaire 2007 © Gino Maccarinelli

Gag toujours au Pellerin, sur l'autre rive, avec le bateau mou de l'autrichien Erwin Wurm. Misconceivable est un voilier de 9 mètres de long posé sur un quai du Canal de la Martinière. Irrésistiblement attiré par l'eau en contrebas, il se tord, se déforme et pique littéralement du nez...

La seconde vie des mines ardoisières de Trélazé

Mines ardoisières de Trélazé Mines ardoisières de Trélazé © F. Tijou / Angers Loire Métropole

Les célèbres ardoises des toits d'Anjou proviennent en bonne partie d'ici, de Trélazé, la « capitale de l’ardoise », où elles étaient extraites depuis le XVe siècle.

Aujourd'hui, l'exploitation ardoisière a cessé, et le site est devenu un espace naturel de 100 ha, unique en son genre. À présent, depuis le lac d'une belle couleur azur, partez à la découverte d'une flore à part, qui a poussé sur ce sol sec et schisteux. Et profitez de l'ombre et de la fraîcheur du bois de chêne et de bouleaux, traversé par le ruisseau du Lapin.

L'antenne Est de la boucle angevine de Loire à Vélo traverse cet ensemble remarquable, de la Paperie au port de la Chevallerie.

Des images insolites